Le Comité 21 des Pays de la Loire lance son Comité d’experts

Le Comité 21 des Pays de la Loire lance son Comité d’experts

Le 26 février 2013, le Comité 21 a lancé officiellement son Comité d’experts, réunissant onze personnalités issues de divers horizons professionnels, universitaires ou artistiques. Nicolas Martin, associé de Rscop fait partie de ce comité.

Il a pour mission de renforcer la mise en œuvre concrète du développement durable à l’échelle des Pays de la Loire.Le défi de rendre le développement durable concret et désirable.
Depuis sa création en 2010, l’antenne régionale du Comité français pour le développement durable n’a jamais cessé de produire des recommandations et des idées nouvelles pour renforcer la mise en oeuvre du développement durable en Pays de la Loire, en intégrant pleinement les enjeux environnementaux au contexte politique, économique et so1302 photo de groupe du comité d'experts copiecial.

Cette dynamique se renforce aujourd’hui avec la création d’un Comité d’experts composé d’une dizaine de personnes issues de divers horizons professionnels, universitaires ou artistiques. Il a pour mission d’identifier les enjeux mais surtout de proposer des solutions concrètes, réalistes, mesurables et désirables pour organiser la contagion du développement durable et mobiliser plus largement les acteurs ligériens. Comme le précise Antoine Charlot, directeur régional du Comité 21 « le virus du développement durable doit se transmettre de toute urgente dans le tissu ligérien. La prise de conscience ne suffit pas, il faut passer à l’action et produire de véritables ruptures dans notre façon de gouverner, de produire et de consommer. Le Comité d’experts, qui vient d’être nommé, aura pour mission de rendre concrets tous ces changements largement plébiscités par les ligériens, que ce soit dans le domaine de la démocratie, de l’éducation, de l’alimentation, des énergies, de l’économie ou encore de la solidarité ».
Une fabrique de réflexions, d’idées et d’actions
La création du Comité d’experts répond également à une besoin de production intellectuelle et de recherche prospective. Le développement durable doit en effet s’appuyer sur une vision de long terme, pour mesurer les tendances possibles et orienter les futurs souhaitables. Ce travail se traduira par l’analyse des politiques publiques et par la publication d’études, de notes et de rapports.

Plusieurs domaines seront prises en compte :

  • Éducation et la citoyenneté1302 Logo membre du comité d'experts
  • Économie responsable
  • Climat, énergie et transport
  • Biodiversité et ressources naturelles
  • Égalité des chances et lutte contre la pauvreté
  • Solidarité internationale

 

Ce contenu a été publié dans Archives. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Comments Closed